Archives pour la catégorie dilma roussef

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras a été rendue publique par le Tribunal Suprême Fédéral.

Dans la liste, on trouve des membres du PT (Parti de Lula et dilma Rousseff) ainsi que de leurs alliés du PMDB et du PP, et parmi eux, rien de moins que les Présidents des 2 chambres fédérales, le Président du Sénat, Renan Calheiros (PMDB), et le Président de la Chambre des Députés, Eduardo Cunha (PMDB). Ils rejoignent un ancien Président de la République, Fernando Collor, déjà inculpé.

Nouvelles inculpations et ouvertures d’enquête
PMDB CARGO
Renan Calheiros (PMDB-AL) Presidente do Senado
Eduardo Cunha (PMDB-RJ) Presidente da Câmara dos Deputados
Aníbal Ferreira Gomes (PMDB-CE) Deputado Federal
Roseana Sarney (PMDB-MA) Ex-governadora do Maranhão
Edison Lobão (PMDB-MA) Senador, Ex-ministro de Minas e Energia
Valdir Raupp (PMDB-RO) Senador, Ex-presidente do PMDB
Romero Jucá (PMDB-RR) Senador
Fernando Baiano Lobista, operava para o PMDB
PP CARGO
João Roberto Pizzolatti (PP-SC) Ex-deputado Federal, Secretário estadual de Roraima
Benedito de Lyra (PP-AL) Senador
José Otávio Germano​ (PP-RS) Deputado Federal
​Roberto Sérgio Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Simão Sessim (PP-RJ) Deputado Federal
Arthur Lira (PP-AL) Deputado Federal
Aguinaldo Ribeiro (PP-PB) Deputado Federal, Ex-ministro das Cidades
Aline Corrêa (PP-SP) Deputada Federal
Ciro Nogueira (PP-PI) Senador
Luiz Argôlo (PP-BA – filiou-se ao Solidariedade) Ex-deputado Federal
Eduardo da Fonte (PP-PE) Deputado Federal
Carlos Magno Ramos (PP-RO) Deputado Federal
Nelson Meurer (PP-PR) Deputado Federal
Dilceu João Sperafico (PP-PR) Deputado Federal
Gladison Cameli (PP-AC) Senador
Jeronimo Pizzolotto Goergen (PP-RS) Deputado Federal
João Felipe de Souza Leão (PP-BA) Vice-governador da Bahia
Waldir Maranhão Cardoso (PP-MA) Deputado Federal
Luiz Fernando Ramos Faria (PP-MG) Deputado Federal
Sandes Junior (PP-GO) Ex-deputado Federal
Afonso Hamm (PP-RS) Deputado Federal
José Linhares da Ponte (PP-CE) Ex-deputado Federal
José Olimpio Moraes (PP-SP) Deputado Federal
Lázaro Botelho Martins (PP-TO) Deputado Federal
Luiz Carlos Heinze (PP-RS) Deputado Federal
Mário Negromonte (PP-BA) Ex-ministro das Cidades
Pedro Correa (PP-PE) Ex-deputado, condenado no mensalão
Pedro Henry (PP-MT) Ex-deputado, condenado no mensalão
Renato Delmar Molling (PP-RS) Deputado Federal
Renato Egígio Balestra (PP-GO) Deputado Federal
Roberto Pereira de Britto (PP-BA) Deputado Federal
Roberto Sergio Ribeiro Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Vilson Luiz Covatti (PP-RS) Ex-deputado Federal
PT CARGO
Lindbergh Farias (PT-RJ) Senador
Cândido Vaccarezza (PT-SP) Ex-deputado Federal
Humberto Costa (PT-PE) Senador
Gleisi Hoffman (PT-PR) Senadora, Ex-ministra da Casa Civil
José Mentor (PT-SP) Deputado Federal
Antônio Palocci (PT-SP) Ex-ministro da Fazenda (investigado na 13ª Vara Criminal da Justiça Federal do Paraná)
Vander Luiz Dos Santos Loubet (PT-MS) Deputado Federal
João Vaccari Neto (PT) Tesoureiro nacional do PT
Anciennes inculpations
PTB CARGO
Fernando Collor de Mello (PTB-AL) Senador, Ex-presidente da República
PSDB CARGO
Antônio Anastasia (PSDB-MG) Senador, Ex-governador de Minas Gerais
Publicités

L’Economie brésilienne recule pour le second mois consécutif, selon la Banque Centrale

La projection de croissance de 2% prévue par la Banque Centrale est revue à la baisse à 1,6%. Les analystes externes à la BC estime qu’elle ne sera que de 0,8%. Personnellement, je pense que nous serons plus proche du 0%, donc de la stagnation économique en 2014.

SÃO PAULO  –  Pelo segundo mês consecutivo, a economia brasileira apresentou contração. Pela métrica do Índice de Atividade Econômica do Banco Central (IBC-Br), a atividade encolheu 1,48% em junho, após retração de 0,8% em maio (dado revisado de queda de 0,18%), considerando a série com ajuste sazonal. No segundo trimestre, a queda foi de 1,2% sobre os três primeiros meses do ano, quando a indicador tinha apontando retração de 0,02%.

A variação mensal ficou acima da projeção média feita pelas 18 instituições consultadas pelo Valor Data, que sugeria queda de 1,6% para o indicador. O intervalo de projeções variava entre recuo de 0,5% a 2,5%. A previsão feita pelas instituições ouvidas pelo Valor Data leva em consideração a retração de 1,4% da produção industrial em  junho e o resultado das vendas no varejo, de retração de 0,7% no mesmo período.

Sobre junho do ano passado, o IBC-Br aponta baixa de 2,15% na série sem ajuste e declínio de 2,68% com ajuste. No ano, o crescimento é de 0,13%, sem ajuste. Em 12 meses, o avanço é de 1,5% e de 1,41% sem ajuste.

Devido às revisões constantes do indicador, o IBC-Br medido em 12 meses é considerado mais estável do que a medição mensal, assim como o próprio PIB.

O indicador do BC leva em conta a trajetória das variáveis consideradas como bons indicadores para o desempenho dos setores da economia (agropecuária, indústria e serviços). A estimativa do IBC-Br incorpora a produção projetada para os três setores acrescida dos impostos sobre produtos. O PIB calculado pelo IBGE, por sua vez, é a soma de todos os bens e serviços produzidos no país durante certo período.

No Relatório de Inflação de junho, o BC previu crescimento de 1,6% para a economia brasileira em 2014, dado revisado de projeção inicial de 2%. Os analistas consultados pelo BC no Boletim Focus estimam avanço de 0,81%.

 
production brésil 3 production brésil 2 production brésil 1
 
 

Brésil : les défis économiques du prochain gouvernement

Après la défaite brésilienne, retour à la difficile réalité économique pour le pays. Et les enjeux sont de taille, à quelques mois des élections présidentielles… Par Christopher Dembik, Analyste chez Saxo Banque.

C’est un réveil douloureux pour le Brésil, et pas seulement pour les supporters de la Seleção. Dilma Rousseff espérait bien capitaliser sur une victoire de l’équipe nationale en finale de la Coupe du monde. Ce ne sera pas le cas. La difficile réalité économique et sociale va s’imposer de nouveau dans l’agenda politique et médiatique à la faveur du début de la campagne présidentielle d’octobre. Et les défis économiques sont nombreux pour le futur président.

La spécificité de l’économie brésilienne c’est qu’elle a à la fois les maux communs aux pays émergents mais aussi, de plus en plus, les problèmes d’un pays riche. Le principal succès de l’ère Lula fut de réduire substantiellement l’extrême pauvreté et les écarts de richesse mais un modèle de croissance pérenne est encore à trouver pour le pays. L’épineux problème de l’inflation témoigne du chemin qu’il reste encore à parcourir au pays pour avoir une maîtrise complète de son économie. Le pilotage fin de la banque centrale ne peut en aucun cas dissimuler l’échec du Brésil à contenir la hausse des prix et, ainsi, à maintenir la paix sociale.

 

Sous-investissement chronique

Pour renforcer sa position dans l’économie mondialisée, le Brésil devra s’attaquer à ses nombreux problèmes internes. C’est un territoire qui n’a jamais été complètement conquis depuis les premières zones de peuplement liées à l’arrivée des européens. Le sous-investissement chronique dans les infrastructures, en particulier de transport, a favorisé l’accroissement des disparités de richesse régionales et fait peser un coût économique significatif sur les activités se situant dans les territoires les plus enclavés de l’ouest et du nord du pays. C’est le fameux « costo brasil ». Comparé aux autres pays en voie de développement, c’est seulement environ 1.5% du PIB qui est investi dans les infrastructures, contre 5.1% pour ses concurrents directs et une moyenne mondiale autour de 3.8%. L’absence de plan concerté de développement des infrastructures et surtout la non-participation du secteur privé dans ces projets d’investissement coûteux expliquent que le Brésil ne soit pas un territoire unifié économiquement. Les opportunités en la matière offertes par la Coupe du monde n’ont, d’ailleurs, pas été saisies.

Du fait de la corruption généralisée et des méandres de la réglementation, beaucoup d’investisseurs étrangers n’osent pas s’aventurer sur des projets dont la rentabilité ne sera perceptible que sur le long terme.

 

Un pays qui innove peu

Le climat des affaires au Brésil est pénalisé, sur certains créneaux, par la manière de faire brésilienne, le jeitinho brasileiro, qui est très souvent difficile à appréhender pour les Occidentaux et les investisseurs chinois. Tant que la fragmentation du système économique brésilien perdurera, le pays ne sera pas en mesure, réellement, de s’extraire de son statut de pays émergent à fort potentiel.

Quiconque est déjà allé au Brésil a conscience que c’est un pays très créatif, où la population a constamment de nouvelles idées, mais qui, au final, innove peu. C’est pourtant la clé de voûte d’un développement économique harmonieux. L’Etat, qui est le principal contributeur en termes de recherche et développement, à hauteur de 1% du PIB, n’a pas su enclencher un cercle vertueux consistant à ce que le secteur privé prenne le relais à ce niveau. Les entreprises contribuent à peine à 15% des 1% investis dans le domaine. Trop peu. D’où l’absence d’innovations de rupture.

 

Un système qui va disparaître

De faire face, dans les décennies à venir, à un boom démographique qu’il faudra gérer. Et pourtant, c’est tout le contraire qui va se passer. Le Brésil a un problème de pays riche : sa population vieillit. 2014 devrait être la première année de décroissance démographique. Ce qui implique des changements fondamentaux pour l’économie et, notamment une refonte du très généreux système des retraites qui ne sera plus viable.

A cause d’une durée de cotisations faible par rapport à la moyenne mondiale et d’un montant alloué très élevé (les brésiliens conservent 86% de leurs revenus après la retraite contre 42% pour un américain), le Brésil consacre une part de son PIB aussi importante que le sud de l’Europe au paiement des retraites alors que sa proportion de personnes âgées est trois fois moins importante qu’en Espagne ou en Italie. Un
système qui va inévitablement disparaitre. L’indéniable solidarité familiale ne sera pas suffisante, en tout cas, pour répondre à l’enjeu du vieillissement.

 

Penser le Brésil de la prochaine décennie

Pour surmonter ces défis, les solutions existent et certaines commencent, d’ailleurs, déjà à être mises en oeuvre, soit sous l’impulsion de l’Etat soit plus souvent grâce des initiatives individuelles. C’est par exemple le cas avec le développement, en partenariat avec de grandes universités américaines, de centres d’excellence universitaires et de R&D. D’autres recommandations seront plus difficiles à mettre en oeuvre, en est-il ainsi de la nécessaire réforme du système des retraites. Ce seront, en tout cas, quelques-uns des principaux chantiers qui devront être abordés par le prochain président. Qu’il s’agisse de Dilma Rousseff ou de son challenger le sénateur Aecio Neves.

 

Défis économie brésilienne

Du point de vue macroéconomique, on ne peut pas sous-estimer les défis du Brésil. Les fondamentaux parlent d’eux-mêmes. Il faudra certainement plusieurs décennies avant qu’il ne rattrape son retard sur l’Occident. En revanche, il serait risqué de ne pas croire en sa capacité à se renouveler. Les Brésiliens ont su faire preuve, tout au long de leur histoire, d’une résilience impressionnante qui permet d’être optimiste.

Le salut du Brésil ne viendra probablement ni de l’Etat ni de sa classe politique mais plutôt de sa population, de ses fermiers qui ont su entrer par la grande porte sur le marché mondial ou encore de ses nombreux entrepreneurs qui préparent l’économie de demain. Ce sera l’agrégation des initiatives individuelles, la microéconomie, qui permettra au pays de renouer avec les rêves de grandeur.

Source : http://www.latribune.fr/opinions

Rififi dans l’air au Brésil (J+32)

J+32

Rififi dans l’air au Brésil, c’est le titre d’un article de Metro Canada que nous reproduisons ci-dessous avec quelques infographies et photos en prime.

Facture salée pour organiser le Mondial, déroute historique face à l’Allemagne: dans un pays où le futobal n’est jamais loin de la politique, la présidente brésilienne Dilma Rousseff est sur le qui-vive.

Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 22

Après avoir dépensé onze milliards pour recevoir la «planète foot», encaissé l’humiliante défaite du 8 juillet au stade Mineirão de Belo Horizonte et même perdu le prix de consolation à la «petite finale» samedi contre les Pays-Bas, le géant sud-américain doit à présent faire face au même tir de barrage: services publics désastreux, corruption endémique, croissance moribonde et surtout inégalités scandaleuses dans un pays si riche.

Les manifestations contre tous ces maux n’ont jamais vraiment cessé pendant le Mondial, auquel s’opposaient 61 % des Brésiliens. La grogne populaire va reprendre de plus belle.

«La réélection de Dilma Rousseff est sérieusement hypothéquée!» lance sans ambages Edgar Bellow, politologue brésilien et professeur associé à la NEOMA Business School de Reims, en France.

Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol a2

Il est peut-être trop tôt pour mesurer l’impact du «massacre» de mardi sur la campagne présidentielle qui commence ce lundi pour le scrutin du 5 octobre. Mais…

«Tout ça pour ça?» peut-on lire sur les réseaux sociaux brésiliens. «Ils démontrent que lorsque le pays sortira lentement du cauchemar qu’il vit actuellement, le peuple brésilien demandera des comptes», précise Edgar Bellow dans un échange de courriels.

Dans un pays fou du ballon rond, les années d’élections présidentielles correspondent avec la tenue du Mondial.

Fernando Henrique Cardoso a déjà soutenu que la victoire du Brésil au Mondial de 1994 avait contribué à son élection à la présidence la même année. Il nomma même Pelé, qui permit au Brésil de décrocher sa première Coupe du monde en 1958, ministre des Sports.

Le principal rival de Rousseff, Aécio Neves, espère, lui, que la défaite à Belo Horizonte, sa ville natale, contribuera à le faire entrer au Palácio da Alvorada (palais de l’aurore), la résidence présidentielle à Brasilia.

En attendant, Edgar Bellow prévoit «du rififi dans l’air dans les jours et semaines à venir».

Pour lui, «l’économie brésilienne est aussi en grand danger, car elle ne pourra se remettre de cette défaite humiliante. Du petit vendeur ambulant à la grande distribution, la déprime va s’installer lentement (…)»

Dans un pays où le football a des racines plus anciennes que la démocratie, Dilma Rousseff s’est bien sûr déclarée «très, très triste de la défaite» de mardi.

Dès le coup de sifflet final du Mondial dimanche, la présidente sortante, huée lors de la cérémonie d’ouverture à São Paulo, a lancé sa campagne. Elle promet «plus de changement pour plus d’avenir». Les Brésiliens pourraient bien opter pour la première partie du slogan.

Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol c0 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol c1

 

Dilma Rousseff : Caricatures, blagues, rires, humour, cartoons, jokes, laugh, caricaturas, humor, bromas, piadas, risadas, risas … (J+30)

J+30/J+31

En ce dernier jour du Mondial au Brésil, nous avons choisi de sélectionner, pour vous, les meilleures caricatures, blagues, rires, humour, cartoons, jokes, laugh,  caricaturas, humor, bromas, piadas, risadas, risas sur la présidente brésilienne Dilma Rousseff après l’humiliante défaite du Brésil 7 à 1 face à l’Allemagne en demi-finale et la sévère défaite du Brésil face aux Pays-Bas 3 à 0 pour la « petite finale ».

Dilma Rousseff déclarait le 1er Juillet 2013 : « Meu Governo e padrão Felipão », c’est à dire « Mon Gouvernement est au standard Felipão » (Felipão, Luiz Felipe Scolari est l’entraîneur de l’équipe du Brésil).

Le PT et le Gouvernement avaient choisi de jouer la carte du Mondial pour assurer la réélection de Dilma à la Présidence de la République en octobre 2014. Aujourd’hui, avec 2 défaites footballistiques historiques coup sur coup, une économie vacillante et une grogne sociale toujours présente, les chances de réélection ont diminué et le principal candidat de l’opposition, Aécio Neves, pourrait devenir le prochain Président brésilien.

Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 22Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol a2 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol a1 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol a0 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 24 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 23  Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 21 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 20 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 19 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 18 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 17 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 16 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 15 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 14 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 13 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 12 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 11 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 10 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 09 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 08 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 07 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 06 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 05 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 04 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 03 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 02 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 01 Dilma Roussef Bresil Brasil Brazil Football Futebol 00

Des manifestations prévues dimanche soir (J+29)

J+29

Selon l’hebdomadaire Veja et le quotidien « La Folha de Sao Paulo », des manifestations seraient prévues dans 4 villes du Brésil juste après la finale entre l’Allemagne et l’Argentine.

Sources :

http://veja.abril.com.br/noticia/brasil/planalto-monitora-convocacao-de-protestos-contra-copa-no-domingo

http://www1.folha.uol.com.br/poder/2014/07/1484138-governo-identifica-movimento-a-favor-de-protestos-depois-da-final-da-copa.shtml

 

Nous reprenons ici l’article de Veja.

 

Des manifestations prévues pour la finale du Mondial mettent en alerte la Présidence

Le gouvernement veut que toutes les forces prévues pour la sécurité du Mondial restent en place même après la fin des matchs dans les villes d’accueil.

Le Palais présidentiel surveille, avec l’aide de la Police Fédérale et de l’Agence de renseignement brésilienne (Abin), un appel qui circule sur ​​Internet pour une manifestation contre le Mondial juste après la finale entre l’Argentine et l’Allemagne, dimanche, au Maracanã. Le match débute à 16 heures (21 heures, heure française).

La Police Fédérale a identifié une vidéo appelant à manifester à 18 heures (23 heures, heure française) dimanche dans quatre villes: São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte et Brasilia. En conséquence, Abin a alerté les Centres de coordination de défense de zone créée pour veiller à la sécurité de la Coupe, non seulement dans ces quatre villes, mais aussi dans les huit autres villes accueillant la Coupe du Monde. Les services de renseignement des Forces armées et de la police des États récupèrent aussi des informations. Une autre manifestation, baptisée « La Finale n’aura pas lieu », est prévue pour 13 heures (18 heures, heure française) à la Place Saens Peña à Rio de Janeiro. 2300 personnes ont déjà confirmé leur participation.

Le gouvernement veut que toutes les forces chargées de la sécurité lors du Mondial restent en place, même après la fin des matchs dans toutes les villes. A Rio de Janeiro, l’inquiétude est encore plus grande parce que, en plus d’être le site de la finale de la Coupe du monde, il y aura au moins dix chefs d’Etat, y compris la présidente Dilma Rousseff, le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel. Au moins 26.000 policiers ont été appelés à Rio pour assurer la sécurité de la finale de la Coupe du Monde, dont 10.000 policiers militaires.

Selon le Ministère de la Sécurité d’Etat de Rio de Janeiro, 10.000 PM seront présents le jour du match entre l’Allemagne et l’Argentine. 4984 seront déjà en service le samedi, la veille du match. La sécurité à l’intérieur du stade sera assurée par environ 1.500 agents de sécurité privés, les «stewards». Nous n’avons pas d’informations sur les autres agents de sécurité.

Mardi, après l’humiliante défaite du Brésil face à l’Allemagne, le Ministre en chef du Secrétariat général, Gilberto Carvalho, a déclaré que le gouvernement avait déjà détecté un mouvement de « Black Blocs » dans plusieurs villes brésiliennes, dont Rio, Sao Paulo et Belo Horizonte, qui voulaient profiter de la déception de la population pour reprendre les manifestations violentes. Carvalho a averti que le gouvernement était «attentif» et qu’il «surveillait» ces appels à manifester, et qu’il continuerait à s’informer pour éviter la confusion et des problèmes dans tout le pays. Gilberto Carvalho a aussi appelé les manifestants à avoir du «bon sens» et à garder la «tête froide».

Nos 20 articles préférés de Blogbresil2014 (J+24)

J+24

Nos 20 articles préférés de Blogbresil2014 :

Le laser est-il responsable de la qualification de l’Algérie face à la Russie ? (J+14)  
Street Art anti-Mondial au Brésil (J-20)  
Suarez, l’uruguayen, cannibale ou vampire, récidiviste en morsures (J+11/J+12)  
Un penalty « anti-émeute » sauve DILMA et la FIFA (J+1)  
Brésil-Mexique : Memo Ochoa, « le Mur Mexicain », « the Mexican Wall », « el Muro Mexicano » (J+6)  
Van Persie, le Hollandais Volant – The Flying Dutchman – El Holandés Volador (J+2)  
« La sélection va peut-être gagner, mais le Brésil a perdu » (J-29)  
Le Brésil enregistre 11% des crimes commis dans le monde (J-39)  
SCOOP : Explosion de Violence à Rio de Janeiro – 508 meurtres (+24%) en mars 2014 (J-6)  
24 Coupes de cheveux absurdes et moins de la Coupe du Monde de Football (J+11)  
Les ratés du «miracle brésilien» (J-30)  
The Economist : le Mondial prouve que le Brésil est le pays de « l’improvisation » (J-21)  
Signez la pétition d’Amnesty International « Un carton Jaune pour le Brésil » (J-33)  
Prostitution, expulsions, pauvreté : voici « Les dessous de la Coupe du Monde » (J-68)  
La FIFA craignait une élimination du Brésil (J+19)  
Qatargate : les preuves de corruption sont établies par l’ex Procureur US (J+8)  
Berne devrait demander la dissolution de la FIFA, selon un avocat suisse (Jour J)  
Seulement 41% des chantiers du Mondial sont achevés (J-27)  
Sao Paulo : l’étrange omission télévisée de la cérémonie d’ouverture (J+4)  
60% des eaux usées de Rio de Janeiro déversées dans la baie !!! (J-23)