Archives du mot-clé propina

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras a été rendue publique par le Tribunal Suprême Fédéral.

Dans la liste, on trouve des membres du PT (Parti de Lula et dilma Rousseff) ainsi que de leurs alliés du PMDB et du PP, et parmi eux, rien de moins que les Présidents des 2 chambres fédérales, le Président du Sénat, Renan Calheiros (PMDB), et le Président de la Chambre des Députés, Eduardo Cunha (PMDB). Ils rejoignent un ancien Président de la République, Fernando Collor, déjà inculpé.

Nouvelles inculpations et ouvertures d’enquête
PMDB CARGO
Renan Calheiros (PMDB-AL) Presidente do Senado
Eduardo Cunha (PMDB-RJ) Presidente da Câmara dos Deputados
Aníbal Ferreira Gomes (PMDB-CE) Deputado Federal
Roseana Sarney (PMDB-MA) Ex-governadora do Maranhão
Edison Lobão (PMDB-MA) Senador, Ex-ministro de Minas e Energia
Valdir Raupp (PMDB-RO) Senador, Ex-presidente do PMDB
Romero Jucá (PMDB-RR) Senador
Fernando Baiano Lobista, operava para o PMDB
PP CARGO
João Roberto Pizzolatti (PP-SC) Ex-deputado Federal, Secretário estadual de Roraima
Benedito de Lyra (PP-AL) Senador
José Otávio Germano​ (PP-RS) Deputado Federal
​Roberto Sérgio Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Simão Sessim (PP-RJ) Deputado Federal
Arthur Lira (PP-AL) Deputado Federal
Aguinaldo Ribeiro (PP-PB) Deputado Federal, Ex-ministro das Cidades
Aline Corrêa (PP-SP) Deputada Federal
Ciro Nogueira (PP-PI) Senador
Luiz Argôlo (PP-BA – filiou-se ao Solidariedade) Ex-deputado Federal
Eduardo da Fonte (PP-PE) Deputado Federal
Carlos Magno Ramos (PP-RO) Deputado Federal
Nelson Meurer (PP-PR) Deputado Federal
Dilceu João Sperafico (PP-PR) Deputado Federal
Gladison Cameli (PP-AC) Senador
Jeronimo Pizzolotto Goergen (PP-RS) Deputado Federal
João Felipe de Souza Leão (PP-BA) Vice-governador da Bahia
Waldir Maranhão Cardoso (PP-MA) Deputado Federal
Luiz Fernando Ramos Faria (PP-MG) Deputado Federal
Sandes Junior (PP-GO) Ex-deputado Federal
Afonso Hamm (PP-RS) Deputado Federal
José Linhares da Ponte (PP-CE) Ex-deputado Federal
José Olimpio Moraes (PP-SP) Deputado Federal
Lázaro Botelho Martins (PP-TO) Deputado Federal
Luiz Carlos Heinze (PP-RS) Deputado Federal
Mário Negromonte (PP-BA) Ex-ministro das Cidades
Pedro Correa (PP-PE) Ex-deputado, condenado no mensalão
Pedro Henry (PP-MT) Ex-deputado, condenado no mensalão
Renato Delmar Molling (PP-RS) Deputado Federal
Renato Egígio Balestra (PP-GO) Deputado Federal
Roberto Pereira de Britto (PP-BA) Deputado Federal
Roberto Sergio Ribeiro Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Vilson Luiz Covatti (PP-RS) Ex-deputado Federal
PT CARGO
Lindbergh Farias (PT-RJ) Senador
Cândido Vaccarezza (PT-SP) Ex-deputado Federal
Humberto Costa (PT-PE) Senador
Gleisi Hoffman (PT-PR) Senadora, Ex-ministra da Casa Civil
José Mentor (PT-SP) Deputado Federal
Antônio Palocci (PT-SP) Ex-ministro da Fazenda (investigado na 13ª Vara Criminal da Justiça Federal do Paraná)
Vander Luiz Dos Santos Loubet (PT-MS) Deputado Federal
João Vaccari Neto (PT) Tesoureiro nacional do PT
Anciennes inculpations
PTB CARGO
Fernando Collor de Mello (PTB-AL) Senador, Ex-presidente da República
PSDB CARGO
Antônio Anastasia (PSDB-MG) Senador, Ex-governador de Minas Gerais
Publicités

Brésil : les Manifestations contre la Corruption se multiplient

Après le scandale de Petrobras (le « Petrolao »), les Manifestations contre la Corruption se multiplient au Brésil.

Les malversations commises au sein de cette entreprise contrôlée par l’Etat, qui est la plus importante entreprise du Brésil, s’élèveraient selon la police à quatre milliards de dollars sur dix ans.

D’après les premières dépositions, Petrobras et de grandes entreprises brésiliennes de construction se mettaient d’accord, dans le cadre d’appels d’offres, pour surfacturer les contrats et reverser ces montants supplémentaires au PT et à des partis alliés.

Voici quelques photos des dernières manifestations et des dessins satiriques parus cette semaine sur le thème de la corruption.

Manifestations contre la corruption Brésil Manifestations contre la corruption Brésil 5 Manifestations contre la corruption Brésil 4 Manifestations contre la corruption Brésil 3 Manifestations contre la corruption Brésil 2

logo corrupcao brasil corruption brésil 9 logo corrupcao brasil corruption brésil 8 logo corrupcao brasil corruption brésil 7 logo corrupcao brasil corruption brésil 6 logo corrupcao brasil corruption brésil 5 logo corrupcao brasil corruption brésil 4 logo corrupcao brasil corruption brésil 3 logo corrupcao brasil corruption brésil 2 Manifestations contre la corruption Brésil 14 Manifestations contre la corruption Brésil 13 Manifestations contre la corruption Brésil 12 logo corrupcao brasil corruption brésil logo corrupcao brasil corruption brésil 11 logo corrupcao brasil corruption brésil 10

.

La comptable d’un « doleiro » dénonce un méga système de corruption

« Doleiro » : Personne qui réalise des changes de monnaies au Brésil sans autorisation légal ou qui, étant autorisé dans un cadre bien défini, agit au delà des limites permises. Le mot « doleiro » provient du mot dollar, qui est la monnaie étrangère la plus échangée au Brésil. Il existe des centaines, voir des milliers, de doleiros au Brésil.

L’article qui suit (extrait de la revue Veja) dénonce un système de paiement de propina (corruption) réalisé par les entreprises auprès des politiques et partis brésiliens. Ce système est dévoilé par Meire Bonfim Poza, une comptable du doleiro Alberto Youssef. Elle déclare  notamment qu’elle a vu des valises d’argent livrées aux politiques brésiliens.

 

Contadora do doleiro Youssef desnuda seu esquema de pagamento de propina. Parlamentares notórios, partidos e empreiteiras participavam das tramas reveladas por Meire Poza

Meire Poza – "O Beto (Youssef) lavava o dinheiro para as empreiteiras e repassava depois aos políticos e aos partidos. Era mala de dinheiro pra lá e pra cá o tempo todo."Meire Poza – « O Beto (Youssef) lavava o dinheiro para as empreiteiras e repassava depois aos políticos e aos partidos. Era mala de dinheiro pra lá e pra cá o tempo todo. » (Jefferson Coppola/VEJA)

É um clássico. As organizações mafiosas caem com maior rapidez quando alguém de dentro decide contar tudo. O que se vai ler nesta reportagem é justamente a história de alguém que, tendo participado do núcleo duro da quadrilha que girava em torno do doleiro Alberto Youssef, pego na Operação Lava Jato, da Polícia Federal, resolve contar tudo o que fez, viu e ouviu. Meire Bonfim Poza participou de algumas das maiores operações do grupo acusado de lavar 10 bilhões de reais de dinheiro sujo, parte desviada de obras públicas e destinada a enriquecer políticos corruptos e corromper outros com o pagamento de suborno. Meire Poza viu malas de dinheiro saindo da sede de grandes empreiteiras, sendo embarcadas em aviões e entregues às mãos de políticos. Durante três anos, Meire manuseou notas fiscais frias, assinou contratos de serviços inexistentes, montou empresas de fachada, organizou planilhas de pagamento. Ela deu ares de legalidade a um dos esquemas de corrupção mais grandiosos desde o mensalão. Meire sabe quem pagou, quem recebeu, quem é corrupto, quem é corruptor. Conheceu de perto as engrenagens que faziam girar a máquina que eterniza a mais perversa das más práticas da política brasileira. Meire Poza era a contadora do doleiro Alberto Youssef — e ela decidiu revelar tudo o que viu, ouviu e fez nos três anos em que trabalhou para o doleiro.

Nas últimas três semanas, a contadora prestou depoimentos à Polícia Federal. Ela está ajudando os agentes a entender o significado e a finalidade de documentos apreendidos com o doleiro e seus comparsas. Suas informações são consideradas importantíssimas para comprovar aquilo de que já se desconfiava: Youssef era um financista clandestino. Ele prospectava investimentos, emprestava dinheiro, cobrava taxas e promovia o encontro de interesses entre corruptos e corruptores. Em outras palavras, usava sua estrutura para recolher e distribuir dinheiro e apagar os rastros. Entre seus clientes, estão as maiores empreiteiras do país, parlamentares notórios e três dos principais partidos políticos. Os depoimentos da contadora foram decisivos para estabelecer o elo entre os dois lados do crime — principalmente no setor tido como o grande filão do grupo: a Petrobras. As empreiteiras que tinham negócios com a estatal forjavam a contratação de serviços para passar dinheiro ao doleiro. Nas últimas semanas, Meire Poza forneceu à polícia cópias de documentos e identificou um a um os contratos simulados e as notas frias, como no caso da empreiteira Mendes Júnior que nega ter relacionamento com o doleiro. Os corruptores estão identificados. A identificação dos corruptos está apenas no início.

Source : Veja

Brésil, une corruption généralisée (J-42)

J-42

L’une des principales motivations des méga-manifestations brésiliennes de l’année dernière est la dénonciation de la corruption (« propina » en brésilien) généralisée existante au Brésil depuis les postes de fonctionnaires les plus bas jusqu’aux ministres en passant pas les policiers civils, les juges, les gouverneurs et quasiment tous les politiques … A titre d’exemple :

pas moins de 7 ministres du gouvernement ont dû démissionner sous la mandature actuelle de Dilma Roussef, tous accusés de corruption dans diverses affaires : Antonio Palocci (chef de la Casa Civil, équivalent du 1er Ministre), Alfredo Nascimento (Ministre des Transports), Wagner Rossi (Ministre de l’Agriculture), Carlos Lupi (Ministre du Travail), Mário Negromonte (Ministre des Villes), Orlando Silva (Ministre des Sports), Pedro Novais (Ministre du Tourisme)

les principaux dirigeants du PT (Parti des Travailleurs fondé entre autre par l’ancien Président Lula) sont aujourd’hui en prison accusés de corruption dans l’affaire du Mensalao : parmi eux, José Dirceu, ami de Lula et ex chef de la Casa Civil (équivalent du 1er Ministre) sous la Présidence de Lula, ou José Genoino, ex leader du Parti des Travailleurs et amis de Lula, ou encore l’ancien trésorier du PT, Delubio Soares

Cette corruption est aussi la principale responsable des budgets explosés et des retards accumulés pour cette Coupe du Monde.

 

L’article qui suit, extrait du site http://www.lemondedudroit.fr, explique le recours systématique à la corruption par les avocats d’affaires car il n’y a pas d’autres moyens pour « faire des affaires au Brésil » : voir les scandales récents du français Alstom, de l’allemand Siemens ou du brésilien Petrobras …

Avocats d’affaires au Brésil, entre bureaucratie et corruption

Le 25 mars 2014, l’avocat brésilien Vinicios Leoncio, a déposé un livre de plus de 7 tonnes et 41.266 pages devant le congrès de la ville de Brasilla pour dénoncer le poids de la bureaucratie dans son pays. Une illustration des obstacles que doivent écarter quotidiennement les avocats d’affaires.

« La corruption fait partie de notre quotidien, nous n’avons aucune raison de la nier. », explique Chantal Vanila Correia Pillet avocate au sein du cabinet Villemor Amaral Advogados. Un dossier bloqué, qui n’avancera qu’en contrepartie du versement d’une certaine somme d’argent, cela arrive souvent. Les tactiques pour faire face à cette corruption diffèrent d’un cabinet à l’autre : « Notre devoir est d’informer le client de la raison pour laquelle son dossier n’avance pas. Après s’il veut payer c’est de sa responsabilité« , explique un avocat associé d’un cabinet brésilien réputé. « Au contraire, en tant qu’avocat conseil de notre client, nous devons essayer de toute faire pour ne pas en arriver là. Et si le versement d’argent se trouve être la seule solution alors nous reprenons le dossier depuis le début afin de changer d’interlocuteur. » argumente Wassila Medjahdi Martins du cabinet Sicherle Advogados.

Des avancées législatives dans la lutte anti-corruption

Les ruses et l’imagination juridique ne sont peut être plus les seules solutions de lutte des avocats depuis la « Brazilian Clean Companies Act« , loi anti-corruption entrée en vigueur le 29 janvier 2014. Cette dernière s’applique à toute entité juridique poursuivant des activités commerciales au Brésil, qu’elle soit nationale ou étrangère. Elle interdit le versement de pots-de-vin aux fonctionnaires quels qu’ils soient et tous paiements de facilitation.

Coup politique ou véritable arsenal juridique de lutte contre la corruption ? « Avec les différentes lois anti-corruption déjà existantes, certaines administrations brésiliennes sont tombés dans l’excès inverse, ce que l’on pourrait appeler une hystérie de compliance. Les blocages ne sont plus dus à la corruption mais à l’augmentation du nombre des vérifications demandées. Les mesures prises ont donc paradoxalement fait augmenter le poids de la bureaucratie. », souligne Alain Goulène, associé fondateur du cabinet Goulène & Gonçalvès. Au contraire, pour Chantal Vanila Correia Pillet, cette loi « offre un cadre à soumettre aux clients et par conséquent plus de légitimité à leur parler des risques de corruption. » Autre avantage, «les entreprises brésiliennes sont désormais vraiment intéressées pour adopter des règles internes de compliance. », affirme Paulo Brancher, associé du cabinet Barretto Ferreira e Brancher.

Un enthousiasme qui reste modéré car aucun décret d’application de cette loi n’a encore été publié à ce jour. Sans ce décret, les conditions de mise en œuvre des procédures reste floues pour les autorités judicaires et administratives compétentes. Reste donc à savoir si la Brazilian Clean Companies Act ne va pas demeurer tout simplement lettre morte.