Archives du mot-clé PT

Scandale Petrobras : Lula aurait reçu 1,3 millions € dans ses entreprises

O ex-presidente Luiz Inácio Lula da Silva na reunião do Partido dos Trabalhadores (PT) na zona sul de São Paulo (SP)

Une bombe dans le scandale Petrobras : Camargo Correa, l’une des entreprises accusées de surfacturation, aurait versé 4,53 millions de Reais (1,3 millions €) à deux entreprises de l’ancien Président de la République Luiz Inácio Lula da Silva. Une expertise de la Police Fédérale montre, d’une part, qu’entre décembre 2011 et décembre 2013, l’Institut Lula a reçu 3 parcelles de 1 million de Reais, et, d’autre part, qu’entre septembre 2011 et juillet 2013, l’entreprise de Lula, LILS Palestra Eventos e Publicidade, a reçu 1,527 millions de Reais.

logo corrupcao brasil corruption brésil 11

C’est la première fois que l’ex-Président est impliqué directement dans l’opération « Lava Jato » (Karcher) menée par la Police Fédérale dans le cadre de l’enquête sur le géant pétrolier brésilien Petrobras. La Police Fédérale a déjà réussi à découvrir les bénéficiaires de 184 millions de Reais en donation de la part de Camargo Correa, qui n’est que l’une des entreprises impliquées dans ce méga scandale. Selon les enquêteurs, cette seule entreprise aurait reçu plus de 2 milliards de Reais (570 millions €) de Petrobras.

Source : Veja du 9 juin 2015 http://veja.abril.com.brscandalept

Les documents publiés par la Police Fédérale

Lula Petrobras 1 Lula Petrobras 2

logo corrupcao brasil corruption brésil

logo corrupcao brasil corruption brésil 5

La Une de Veja d’octobre 2014

Veja Dilma Roussef Lula scandale Petrobras

Veja Dilma Roussef Lula scandale Petrobras 2

Publicités

Les Brésiliens ne veulent plus de Dilma Rousseff

Dilma Rousseff est très fragilisée au Brésil par le vaste scandale de corruptions de Petrobras. Près des deux tiers des Brésiliens sont favorables à une procédure de sa destitution. De nouvelles manifestations monstres sont prévues ce dimanche dans tout le pays. Le contrat Gripen fait l’objet de soupçons de corruptions.

Près des deux tiers des Brésiliens sont favorables à une procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff cinq mois après sa difficile réélection en raison de l’affaire Petrobras, un vaste scandale de corruption, d’après un sondage publié samedi. Selon l’enquête réalisée par l’institut Datafolha, 63% des personnes interrogées sont de cet avis, mais 64% doutent que la procédure puisse mettre fin à son second mandat, entamé en janvier. L’opposition n’est pas favorable à une procédure de destitution, mais encourage les manifestations comme celle qui est prévue ce dimanche.

Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 014

Plusieurs dizaines de responsables politiques brésiliens soupçonnés d’avoir bénéficié des largesses de Petrobras font l’objet d’une enquête de la Cour suprême, mais Dilma Rousseff, qui fut présidente du groupe, ne figure pas sur la liste. Ces affaires de corruption ont rendu le gouvernement impopulaire, a reconnu début avril le ministre de la Justice, José Eduardo Cardozo, mais aucune institution n’est imperméable à ce fléau et presque tous les partis politiques brésiliens font l’objet d’enquêtes, a-t-il rappelé. La présidente Dilma Rousseff a vu sa popularité s’effondrer à 13%.

Nouvelles manifestations contre Rousseff

De nouvelles manifestations sont prévues dimanche contre Dilma Rousseff dans la tourmente. Les organisateurs espèrent à nouveau faire défiler plus d’un million de personnes dans 400 villes du pays comme le mois dernier. Le 15 mars, une précédente mobilisation avait déjà réuni jusqu’à 1,7 million de manifestants, selon certaines sources, pour exiger la fin de l’impunité dans les affaires de corruption, certains demandant même la destitution de la présidente, voire le retour de l’armée au pouvoir.

Manifestations contre la corruption Brésil 4

Le Mouvement Brésil libre (MBL), l’un des organisateurs de la journée, lui reproche également d’avoir pris le contre-pied de ses promesses électorales en augmentant les prix de « l’électricité, de l’essence, d’avoir réduit les droits des travailleurs », a expliqué à l’AFP par téléphone l’un de ses dirigeants, le politologue Fabio Ostermann. Par ailleurs, le président du Parti social-démocrate (PSDB) Aecio Neves, perdant de la présidentielle d’octobre, a réitéré son soutien aux manifestants. Il n’avait pas défilé le 15 mars pour ne pas « politiser » la mobilisation mais réfléchit à manifester ce dimanche, a rapporté la presse locale.

Petrobras, une affaire d’Etat

Treize sénateurs, 22 députés, deux gouverneurs, le trésorier du Parti des travailleurs (PT, gauche) au pouvoir, d’anciens fonctionnaires de la présidence et d’ex-élus sont dans le collimateur de la justice pour leur supposée participation à un vaste système de corruption qui aurait brassé jusqu’à quatre milliards de dollars en une décennie, selon les enquêteurs. Le trésorier du PT, Joao Vaccari, qui clame son innocence, a été formellement accusé de corruption et blanchiment d’argent. Il sera prochainement jugé avec 26 comparses, dans un premier volet de l’affaire.

logo corrupcao brasil corruption brésil 11

Outre des hommes politiques, le scandale Petrobras implique des hommes d’affaires, des anciens dirigeants de la compagnie et les principales entreprises de travaux publics du pays, qui acceptaient de verser des pots de vin pour obtenir des contrats, de l’argent ayant notamment servi à financer les partis politiques au pouvoir, selon l’enquête.

Petrobras, des dépréciations colossales

Le groupe pétrolier public brésilien Petrobras estime entre cinq et six milliards de réals (1,5 à 1,8 milliard d’euros) les pertes liées à un vaste système de corruption impliquant certaines de ses cadres, a estimé vendredi le quotidien « Folha » de São Paulo, qui cite des sources ayant eu accès aux contrats mis en cause. Cette estimation, « prudente » selon des sources, se fonde sur un taux de surfacturation de 3% pratiqué sur de nombreux contrats, a précisé le quotidien. L’enquête de la police et de la justice brésilienne porte sur les surfacturations présumées réalisées sur de nombreux contrats, qui auraient servi entre autres à financer des activités politiques.

logo corrupcao brasil corruption brésil 7

En janvier, le groupe a publié des comptes trimestriels non-audités dans lesquels il estimait ses dépréciations potentielles à 61,4 milliards de réals, un montant qui regroupait différents facteurs, comme la chute des cours du pétrole, des retards ou des dépassements de coûts et la corruption. De son côté, Morgan Stanley, dans une étude publiée cette semaine, chiffre à 29,4 milliards de réals les dépréciations liées au scandale de corruption. Soit cinq fois plus que l’estimation de « Folha ». Petrobras n’a toujours pas publié ses comptes définitifs des troisième et quatrième trimestres 2014.

Une enquête sur la vente des avions de combat Gripen

La justice brésilienne a annoncé vendredi enquêter sur des soupçons de corruption entourant l’achat par le Brésil de 36 avions de chasse Gripen au suédois Saab pour 5,4 milliards de dollars. L’enquête porte sur de « possibles irrégularités » autour du contrat, signé l’an dernier, a déclaré une porte-parole du parquet fédéral de Brasilia. La justice s’interroge notamment sur une différence de 900 millions de dollars entre le prix initialement proposé par Saab en 2009 et le prix de la transaction conclue en octobre dernier, a-t-elle précisé, confirmant une information parue dans la presse brésilienne.

L’armée de l’air brésilienne avait préféré le Gripen au F-18 Super Hornet de Boeing et au Rafale de Dassault Aviation . Saab a prévu de livrer les premiers avions début 2018.

Source : http://www.latribune.fr

 

 

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras

La Liste des Hommes Politiques inculpés dans le scandale Petrobras a été rendue publique par le Tribunal Suprême Fédéral.

Dans la liste, on trouve des membres du PT (Parti de Lula et dilma Rousseff) ainsi que de leurs alliés du PMDB et du PP, et parmi eux, rien de moins que les Présidents des 2 chambres fédérales, le Président du Sénat, Renan Calheiros (PMDB), et le Président de la Chambre des Députés, Eduardo Cunha (PMDB). Ils rejoignent un ancien Président de la République, Fernando Collor, déjà inculpé.

Nouvelles inculpations et ouvertures d’enquête
PMDB CARGO
Renan Calheiros (PMDB-AL) Presidente do Senado
Eduardo Cunha (PMDB-RJ) Presidente da Câmara dos Deputados
Aníbal Ferreira Gomes (PMDB-CE) Deputado Federal
Roseana Sarney (PMDB-MA) Ex-governadora do Maranhão
Edison Lobão (PMDB-MA) Senador, Ex-ministro de Minas e Energia
Valdir Raupp (PMDB-RO) Senador, Ex-presidente do PMDB
Romero Jucá (PMDB-RR) Senador
Fernando Baiano Lobista, operava para o PMDB
PP CARGO
João Roberto Pizzolatti (PP-SC) Ex-deputado Federal, Secretário estadual de Roraima
Benedito de Lyra (PP-AL) Senador
José Otávio Germano​ (PP-RS) Deputado Federal
​Roberto Sérgio Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Simão Sessim (PP-RJ) Deputado Federal
Arthur Lira (PP-AL) Deputado Federal
Aguinaldo Ribeiro (PP-PB) Deputado Federal, Ex-ministro das Cidades
Aline Corrêa (PP-SP) Deputada Federal
Ciro Nogueira (PP-PI) Senador
Luiz Argôlo (PP-BA – filiou-se ao Solidariedade) Ex-deputado Federal
Eduardo da Fonte (PP-PE) Deputado Federal
Carlos Magno Ramos (PP-RO) Deputado Federal
Nelson Meurer (PP-PR) Deputado Federal
Dilceu João Sperafico (PP-PR) Deputado Federal
Gladison Cameli (PP-AC) Senador
Jeronimo Pizzolotto Goergen (PP-RS) Deputado Federal
João Felipe de Souza Leão (PP-BA) Vice-governador da Bahia
Waldir Maranhão Cardoso (PP-MA) Deputado Federal
Luiz Fernando Ramos Faria (PP-MG) Deputado Federal
Sandes Junior (PP-GO) Ex-deputado Federal
Afonso Hamm (PP-RS) Deputado Federal
José Linhares da Ponte (PP-CE) Ex-deputado Federal
José Olimpio Moraes (PP-SP) Deputado Federal
Lázaro Botelho Martins (PP-TO) Deputado Federal
Luiz Carlos Heinze (PP-RS) Deputado Federal
Mário Negromonte (PP-BA) Ex-ministro das Cidades
Pedro Correa (PP-PE) Ex-deputado, condenado no mensalão
Pedro Henry (PP-MT) Ex-deputado, condenado no mensalão
Renato Delmar Molling (PP-RS) Deputado Federal
Renato Egígio Balestra (PP-GO) Deputado Federal
Roberto Pereira de Britto (PP-BA) Deputado Federal
Roberto Sergio Ribeiro Coutinho Teixeira (PP-PE) Suplente de Deputado Federal
Vilson Luiz Covatti (PP-RS) Ex-deputado Federal
PT CARGO
Lindbergh Farias (PT-RJ) Senador
Cândido Vaccarezza (PT-SP) Ex-deputado Federal
Humberto Costa (PT-PE) Senador
Gleisi Hoffman (PT-PR) Senadora, Ex-ministra da Casa Civil
José Mentor (PT-SP) Deputado Federal
Antônio Palocci (PT-SP) Ex-ministro da Fazenda (investigado na 13ª Vara Criminal da Justiça Federal do Paraná)
Vander Luiz Dos Santos Loubet (PT-MS) Deputado Federal
João Vaccari Neto (PT) Tesoureiro nacional do PT
Anciennes inculpations
PTB CARGO
Fernando Collor de Mello (PTB-AL) Senador, Ex-presidente da República
PSDB CARGO
Antônio Anastasia (PSDB-MG) Senador, Ex-governador de Minas Gerais

Impeachment pour Dilma Rousseff ?

Suite au scandale Petrobras et aux accusations de corruption portant sur le PT et ses principaux dirigeants, on parle de plus en plus au Brésil d’un procédure d’impeachment contre la Présidente Dilma Rousseff.

Une grande manifestation est prévue dans chaque ville du Brésil le 15 mars prochain pour demander l’impeachment de Dilma.

Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 001 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 01 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 002 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 003 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 004 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 005 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 006 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 007 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 008 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 009 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 010 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 012 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 013 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 014 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 015 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 016 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 017 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 018 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 019 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 020 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 021 Impeachment Dilma Rousseff Bresil Brazil Brasil 022

.

C’est chaud de chaud pour Dilma Rousseff et le PT en général

Scandale Petrobras : le PT de Lula aurait reçu 200 millions de dollars en pots-de-vin !

Le PT de Lula aurait reçu 200 millions de dollars en pots-de-vin, c’est ce qu’écrivent aujourd’hui les principaux organes de presse brésiliens en reprenant les déclarations faites à la Justice par Pedro Barusco, ancien responsable des Services de Petrobras (gerente de Serviços da Petrobras) . Une déclaration faite en échange d’une remise de peine en cas de dénonciation (acordo de delação premiada). Monsieur Barusco affirme que  le trésorier national du PT, João Vaccari Neto,a reçu entre 150 millions et 200 millions de dólares en pots-de-vin de 2003 a 2013, gràce à des détournements et des fraudes dans des contrats passés entre des entreprises et Petrobras.

Le scandale Petrobras (le « Petrolao » comme l’appellent les Brésiliens) se rapproche dangereusement de Lula et de la Présidente Dilma Rousseff.

Les titres de la Presse du Jour au Brésil :

VejaPT recebeu US$ 200 milhões em propinas no petrolão, estima delator

Exame : PT teria recebido até US$ 200 mi em propina da Petrobras

GloboDelator estima que PT recebeu cerca de US$ 200 milhões de propina

.

EXCLUSIVITÉ

L’intégralité de la déposition de Pedro Barusco (dont les versements de pots de vin au PT)

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dTnliMTByWkR6eDg/edit?pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dTTRSNVl1dHg4YmM/edit?pli=1

 https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dT215Si0teUpPdXM/edit?usp=drive_web&pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dVllIRUQyZXZfc2c/edit?pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dOElHMG5CM3o0WjQ/edit?pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dRG9HeFMyRDBNMmc/edit?pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dOWd6NlQ2VngxT0k/edit?usp=drive_web&pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dVUZDUndXa2lhYzA/edit?pli=1

https://docs.google.com/file/d/0B1sJPTp2ra8dVFNXd1IySWE5akU/edit?pli=1

.

Gouvernement -> Distributeurs -> Postes -> Vous et Moi

.

Lula offre une chemise à Dilma sur laquelle est imprimé « Je ne sais rien »
.
.
logo corrupcao brasil corruption brésil 11
.
Procureur Scandale Corruption Blanchiment PetrobrasLe schéma du scandale Petrobras présenté par le Procureur Fédéral
.
Pour en savoir plus :

Corruption au Brésil : « Et vous, vous feriez quoi avec 88 milliards ? »

Et vous, vous feriez quoi avec 88 milliards de réaux (ou « reais » en portugais), soit 29 milliards d’euros ? Vous feriez le choix d’acheter 240 jets privés ? De devenir propriétaire de 55 000 Ferrari ? De vous abonner à Netflix durant 416 millions d’années ? D’organiser quatre Coupes du monde ? De financer pendant 3,5 années l’assurance chômage ?
logo corrupcao brasil corruption brésil 11
Autant de projets qui pourraient être réalisés avec les 88 milliards de réaux détournés dans l’affaire Petrobras, la plus grande affaire de corruption jamais connue au Brésil.
Depuis le 28 janvier, les internautes brésiliens ont fait du hashtag #88bilhoes (88 milliards) le sanctuaire d’expression de leur colère et de leur frustration.
Et de lister tout ce qu’ils pourraient acheter avec 88 milliards. Des choses les plus absurdes comme l’achat de 1 142 millions d’appareils auditifs, 22 millions de PS4, 110 millions de smartphones, mais aussi des revendications politiques : 88 milliards permettraient de faire face à la sécheresse qui menace Sao Paulo en construisant trois centrales hydroélectriques.
Le montant détourné représente aussi 1 466 milliards de paniers moyens de la ménagère brésilienne, de quoi éradiquer la faim dans le pays, ou quatre ans de financement de la bolsa familia, le programme mis en place par Lula pour sortir de la misère les plus démunis.
logo corrupcao brasil corruption brésil 10
Un tumblr regroupe toutes les possibilités trouvées sur les différents réseaux sociaux. Pour son créateur :
« C’est un moyen de traiter avec sarcasme la situation. C’est aussi une façon ironique de protester contre le manque de réaction des Brésiliens. En juin 2013, des millions de personnes étaient dans les rues pour 20 centimes d’augmentation du prix des transports publics. Pour 88 milliards d’argent public volés, les réactions se cantonnent aux réseaux sociaux. »
 PBR-x-XLE-2 Cours de Bourse Petrobras
L’AFFAIRE PETROBRAS
L’enquête de la police fédérale, connue sous le nom de « Operação Lava Jato » (Opération Karcher), et commencée en mars 2014, a mis au jour un système de corruption impliquant des entreprises de travaux publics, des cadres de Petrobras (la compagnie pétrolière brésilienne) ainsi que les plus grands partis politiques du pays. Tous sont accusés d’avoir touché pendant des années de l’argent à travers des contrats de concessions pétroliers volontairement gonflés. Lors de l’annonce des résultats du groupe Petrobras, le 28 janvier, le conseil d’administration a évalué l’impact du scandale à 88 milliards de reais.
logo corrupcao brasil corruption brésil 9

Le scandale de corruption au Brésil prend une dimension internationale

Un excellent article de Paulo Paranagua, journaliste du Monde,

sur son blog http://america-latina.blog.lemonde.fr

.

Manifestations contre la corruption Brésil 14

Chaque jour apporte aux Brésiliens son lot de révélations sur l’affaire de corruption qui entache la compagnie pétrolière nationale Petrobras et les principales entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP). Des chantiers de ces multinationales brésiliennes à l’étranger sont dans le collimateur des enquêteurs. Leur financement par la Banque nationale de développement économique et social (BNDES) menace cette importante institution.

Le scandale prend des allures de séisme aux multiples répliques, qui compromet le second mandat de la présidente Dilma Rousseff et la reprise de la croissance. Dimanche 21 décembre, la présidente a tenté de rassurer l’Amérique latine. Dans un entretien à la presse régionale, elle a affirmé : « Le Brésil ne vit pas une crise de corruption ».

Pourtant, le ministère public a déjà inculpé 36 personnes, la plupart des PDG et cadres dirigeants, pour corruption, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs. Ils sont accusés d’avoir constitué un cartel du BTP pour surfacturer les contrats avec Petrobras et verser des pots-de-vin. Ces sommes étaient destinées à financer le Parti des travailleurs (PT, gauche) de Dilma Rousseff et deux formations de la coalition gouvernementale, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre) du vice-président Michel Temer et le Parti progressiste (PP, droite). Des listes d’hommes politiques mis en cause circulent dans la presse. Selon la police fédérale, les malversations dépasseraient les 10 milliards de reais (3 milliards d’euros).

L’enquête s’intéresse à 747 chantiers, dont certains ont été remportés par les Brésiliens dans d’autres pays. Parmi eux figure l’élargissement du port de Mariel, à Cuba, un projet stratégique confié à Odebrecht, numéro un du BTP brésilien. Dilma Rousseff s’est déplacé pour l’inauguration de sa zone portuaire, en janvier 2014, à côté de son homologue cubain, Raul Castro. Il est question aussi d’un gazoduc à Cordoba, en Argentine, sur lequel travaille un autre géant brésilien, OAS.

Opacité de la BNDES

Dans ces deux cas, les travaux ont été financés par la BNDES, une institution dont les ressources rivalisent avec celles de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement. En 2013, le gouvernement avait classé comme secrets tous les documents de la BNDES concernant les crédits accordés à Cuba et à l’Angola, pays réputé pour sa corruption, où Odebrecht est implanté depuis la guerre civile. Ces opérations étaient ainsi soustraites à la nouvelle loi d’accès à l’information adoptée à Brasilia. La Cour des comptes exige d’en connaître le détail, puisque ce sont des fonds publics, mais la BNDES invoque le secret bancaire. La Cour suprême devra trancher. Selon le procureur fédéral Helio Telho Correa Filho, « lorsque la boîte noire de la BNDES sera ouverte », les Brésiliens découvriront un scandale bien plus grave que celui de Petrobras.

Le juge chargé de l’affaire Petrobras-BTP, Sergio Moro, refuse toute instrumentalisation partisane. « La prévention et la répression de la corruption, du crime organisé et du blanchiment d’argent, sont nécessaires pour renforcer les institutions démocratiques et l’Etat de droit, affirme-t-il. Petrobras est elle-même victime des crimes commis. L’investigation et la révélation des malversations peuvent entraîner un coût momentané, mais apporteront des bénéfices plus grands à l’avenir. » En attendant, la valeur en bourse de Petrobras a dégringolé et atteint le niveau d’il y a onze ans, avant la découverte des réserves en eaux profondes connues sous le nom de « pre-sal ».

Candidate socialiste à la présidence aux élections d’octobre, Marina Silva a demandé « le changement de toute la direction de Petrobras, incapable d’éviter ce qui a été fait ». Le procureur général de la République, Rodrigo Janot, a, lui aussi, proposé « le remplacement de toute la direction ». Mais Dilma Rousseff hésite à sacrifier Graça Foster, une proche, qu’elle avait hissé à la tête de Petrobras en février 2012, pour remplacer José Sergio Gabrielli, un fidèle du PT, resté à la présidence de l’entreprise pendant sept ans, un record (2005-2012). Résultat : à en croire un sondage de l’institut Datafolha, 68 % des Brésiliens estiment que la responsabilité de la présidente du Brésil est engagée dans le scandale.